PUBLICITÉ

Encore une victime du coronavirus. Selon les informations de Libération online, Jean-Claude Bernou, directeur de la clinique international de Dakar, est décédé à Montpellier après avoir été contaminé.

Encore une victime du coronavirus et pas n’importe laquelle, hélas !, pour les amis de « L’Abreuvoir » du Sénégal, toutes générations confondues. Docteur Jean-Claude Bernou, past-président de cette association qui a fait de la convivialité son credo, est décédé à Paris ce 29 mars 2020.

Paradoxe, ce médecin qui a sauvé des milliers de vies de son vivant et aussi aidé des milliers de femmes à donner la vie, cet « Africain » spécialiste des maladies tropicales a été emporté par une maladie qui présente tous les symptômes d’une pathologie tropicale, le coronavirus en l’occurrence. Auteur de « Comme un chameau », Dr Bernou, 50 ans de vie et de médecine tropicale », un ouvrage de référence, Dr Jean-Claude Bernou a présidé aux destinées de « L’Abreuvoir » durant trois décennies avant de rentrer dans son pays d’origine, la France, pour raisons d’une maladie chronique. L’ancien propriétaire de la célèbre « Clinique internationale » sise à la Zone B, en face de l’Ecole nationale d’Administration (ENA), en tant que past-président, était revenu au Sénégal il y a trois ans pour ce qu’il considérait comme un pèlerinage.

Ses compagnons de « L’Abreuvoir » l’avaient reçu chaleureusement le samedi 25 novembre 2017. A cette occasion, votre fidèle serviteur avait eu l’insigne honneur de dire le mot de bienvenue ou, plutôt, de bon retour chez lui au maître des lieux. C’est donc avec un immense plaisir que j’avais assumé cette belle mission. J’avais cité les passages suivants assortis d’un commentaire de son livre « parler de l’Abreuvoir, c’est pour moi évoquer un forum qui n’existe qu’à Dakar et une institution indissociable de ma vie au Sénégal dans cette deuxième partie du 20ème siècle. « L’Abreuvoir », ce carrefour d’idées et d’amitiés sur fond de grande indépendance d’esprit. Malgré toutes les jalousies et tous ces scories et préjugés de toutes sortes, il me paraît plus que nécessaire de gommer cela de la magnifique épopée de L’Abreuvoir de 1960 à nos jours. Ce bien que ce carrefour ait été créé en 1940. »

Alors, Docteur, past-président, j’allais dire Maître, heureusement que vous avez eu la hauteur de pardonner leur ignorance. Merci l’humaniste. Me revient à l’esprit la page 258 de votre excellent ouvrage, dans le chapitre consacré justement à « L’Abreuvoir » notamment dans la deuxième partie où vous rapportez ce témoignage de Me Paul Bonifay, créateur de « L’Abreuvoir ».

Sans être exhaustif « 50 ans de vie et de médecine tropicale » se voulait un sobre exercice afin de rafraîchir la mémoire et donner la bonne information à ceux qui arrivent…la grande indépendance d’esprit et d’un humanisme fait de tolérance ». Ces mots ont été si bien écrits par un généreux past-président de « L’Abreuvoir » du Sénégal unique au monde. L’humanité est victime du coronavirus qui va sans doute consacrer un nouvel ordre mondial par un changement radical à partir d’un nouveau paradigme quand l’humain vaincra un ennemi invisible de toute l’humanité en devenant de plus en plus humain. Ce que nous ne devons jamais cesser d’être en mettant davantage en relief notre dimension immatérielle intarissable. Adieu, Docteur, Maître, past-président, humaniste Jean Claude Bernou.

Tous les compagnons de « L’Abreuvoir » te saluent et te rendent hommage.

PUBLICITÉ
Partagez sur :
PUBLICITÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.