Guinaw Rails : Une fillette de 7 ans sauvagement vi0lée par l’ex-amant de sa mère

Après sa relation amoureuse avec Aminata S, divorcée, O. Mbaye, né en 1984, s’est ensuite tourné vers la fillette de celle-ci nommée Nd. T. S, âgée de 7 ans. Le marchand a profité du bref séjour de la petite chez sa grand-mère maternelle d’adoption pour l’entraîner dans sa chambre puis abuser d’elle.

PUBLICITÉ

O. Mbaye rompt d’avec sa maitresse Aminata S. puis viole la fillette de celle-ci âgée juste de 7 ans. Le marchand a commis son acte dans sa chambre où il recevait pourtant tout le temps la mère de l’enfant pendant qu’il filait le grand amour avec elle au quartier Guinaw-rails Nord. Il faut dire que la fillette connaissait bien son bourreau. Quand l’enfant rendait visite à sa maman, vivant à Guinaw-rails Nord chez sa mère d’adoption et voisine de maison de Mbaye, elle profitait aussi de l’occasion pour aller dans la chambre du marchand et y passait quelques moments. Mais, parfois, elle allait dans ladite chambre où elle retrouvait sa mère Aminata, qui sortait à l’époque en amoureux avec le jeune homme. Mais, depuis le divorce de ses parents, elle vit chez son homonyme et tante paternelle à Wakhinane et rend très souvent visite à sa mère.

Elle désire se tresser et se rend chez sa mère à Guinaw-rails Nord, où vit l’ex de sa mère

En se comportant de la sorte, la fille ignorait sans doute que l’amant de sa génitrice nourrissait des velléités lubriques sur sa personne et avait également fini par la placer dans son viseur. Ainsi, mercredi 11 mars dernier, elle désire passer quelques jours chez sa maman pour se tresser et en informe sa tante paternelle, qui est en même temps homonyme. Cette dernière accepte et demande à une de ses filles d’accompagner la petite. Elle y passe les mercredi, jeudi et vendredi.

PUBLICITÉ

La petite lâche : «quand il m’a pénétrée, j’ai crié et il m’a relâchée…»

Le vendredi-là, la fille jouait avec ses amies dans la cour de la maison lorsque l’amant de sa mère l’appelle et feint de l’envoyer à la boutique du coin. Il profite de l’absence des membres de la famille, l’attire dans sa chambre et la viole. La petite hurle de toutes ses forces et se tord de douleurs. Le gus panique, redoute l’apparition surprise d’un voisin et se retire en catastrophe. Il fait les grands yeux à l’enfant, lui intime l’ordre de garder le silence et menace de la punir sévèrement en cas de dénonciation. «Quand il m’a fait entrer dans sa chambre, il m’a déshabillée et m’a pénétrée. J’ai crié et il m’a relâchée en me disant de n’en parler à personne», a soutenu l’enfant.

La tante découvre l’horreur quand l’enfant fait pipi et pleure et interpelle la maman

De retour chez sa tante paternelle et homonyme, la fille éprouve des douleurs intenses lorsqu’elle fait pipi et en parle à cette dernière. La tante l’entraîne dans sa chambre, soulève ses habits et tente de vérifier. Mais, à peine elle touche les parties intimes de la gamine, celle-ci bondit de stupeur, se recroqueville aussitôt sur elle-même et pleure toutes les larmes de son corps. La tante soupçonne un viol, interpelle la fille et promet de l’emmener en voyage si elle lui dit la vérité sur sa mésaventure. Cette dernière prend alors son courage à deux mains et balance son violeur.

La mère apprend la mésaventure de sa fille mais refuse de déposer une plainte contre son ex

Interpellée, la maman dit ignorer tout du supplice sexuel de son enfant et se rend avec la tante de celle-ci à l’hôpital, où le médecin confirme les abus sexuels. La mère de la fille refuse toutefois de déposer une plainte contre son ex-amant. Ce qui a frustré l’homonyme de la petite, qui a saisi la police de Guinaw-rails d’une plainte. Convoqué, le présumé violeur réfute les accusations et affirme se rendre chaque jour à son lieu de travail durant le bref séjour de l’enfant dans la maison. Il a été cependant confondu dans ses dénégations par ses colocataires, dont la mère et la grand-mère de la fille, qui soutiennent que le mis en cause a passé les différentes journées à la maison. Mieux, la maman dit avoir même, le jour des faits, laissé son enfant avec son ancien copain autour d’un bol de repas.

PUBLICITÉ

O. Mbaye déféré malgré ses dénégations

Face à la description détaillée de sa chambre par la fille, le présumé violeur campe toujours sur sa position de dénégations et explique cela par le fait que celle-ci fréquentait tout le temps la pièce. Malgré la séance de confrontation, les deux parties maintiennent leurs déclarations. Mais, devant les indices concordants et compromettants, O. Mbaye a été déféré au parquet, hier, pour abus sexuel commis sur mineure de 7 ans.

jotaay.net

Shares
PUBLICITÉ

A LIRE AUSSI :

Leave a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.