PUBLICITÉ
PUBLICITÉ

Un aréopage de juristes musulmans a rendu son avis au sujet de la prière de l’Aïd, à l’heure du Covid-19 afin d’insuffler une orientation à la communauté musulmane qui était en quête de conseils éclairés.

Réuni au sein de l’Assemblée des Juristes Musulmans d’Amérique (AMJA), ce conseil des Sages a rendu publique sa Déclaration très attendue concernant la prière à la maison.

khutbah non obligatoire

Bien que la khutbah soit une condition de validité pour la Jumu’ah, c’est une recommandation (non obligatoire) pour les deux Aïds. Par conséquent, ni la khutbah, ni son écoute, ne constituent des exigences pour la prière de l’Aïd.

Bien que la prière du vendredi doive être exécutée principalement dans la mosquée, la prière de l’Aïd est principalement accomplie à l’extérieur, dans un espace ouvert, aux abords de la mosquée.

La prière de korité à la maison

Pour cette raison, la majorité des juristes, à l’exception des Hanafis, ont estimé qu’il était permis de l’exécuter à la maison pour quiconque ne pouvait l’accomplir au sein de sa congrégation.

PUBLICITÉ

La fatwa du Comité permanent en Arabie saoudite est fondée sur cela.

Par conséquent, au vu de toutes ces considérations, nous déclarons solennellement qu’il n’y a rien de mal à effectuer la prière de l’Aïd à la maison, individuellement ou avec ses proches, pour ceux qui ne peuvent l’effectuer au sein de la congrégation, en raison de certaines contraintes majeures, comme celle que représente actuellement le Covid-19.

Partagez sur :
PUBLICITÉ

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.